Avril 2022- Ph Meirieu : Quelle école pour répondre aux défis de notre temps ?

Le 12 avril à 20h30 - Parthenay

Ecole publiques, écoles alternatives

Photo1 PMeyrieu Parthenay2022

Retrouvez nous la captation de la conférence et des échanges en cliquant sur le lien suivant :

"Quelle école pour répondre au défi de notre temps ? " - Philippe MEIRIEU - Parthenay - Avril 2022

Photo 3 PMeyrieu Parthenay2022Photo2 PMeyrieu Parthenay2022

 

meirieu

 

Quelques notes pour accompagner et guider la lecture de la vidéo !

 0. Accueil 

 1. Repères historiques 

de 7’45 à 19’55

En 1830, 2 formes scolaires s’opposent (la querelle des modèles)

- l’école simultanée, soutenue par les catholiques et les conservateurs. Jean-Baptiste de La Salle prône une organisation basée sur l’homogénéité et l’individualisation (classes de 20 à 40 élèves du même âge, du même niveau, qui font la même chose en même temps sous l’autorité du maître)

- l’école mutuelle, soutenue par les protestants et les progressistes basée sur l’hétérogénéité (100 à 120 élèves de 7 à 17 ans) basée sur le tutorat.

GUIZOT interdit l’école mutuelle et impose la généralisation du modèle de l’école simultanée en 1833 visant selon lui « l’endoctrinement des enfants du peuple ».

de 19’55 à 31’22

Le projet républicain de Jules Ferry (1882)

Jules Ferry et Ferdinand Buisson défendent une école où on apprend ENSEMBLE, une école basée sur le principe de laïcité, sur les SAVOIRS (ce qui réunit les êtres) et non sur les CROYANCES (ce qui divise les êtres), une école qui réunit au lieu de diviser.

Mais l’école de Jules Ferry est travaillée par des contradictions historiques : Ecole de la solidarité, de l’émancipation ou Ecole nationaliste, colonisatrice qui éradique les patois et les langues régionales.

de 31’22 à 38’10

de 1921 à 1945 : la Ligue internationale de l’Education Nouvelle promeut des méthodes actives et coopératives – 2 courants intellectuels s’opposent : l’instruction publique pour tous et les écoles alternatives aux pédagogies innovantes.

de 31’22 à 39’30

1945 – Le plan Langevin Wallon veut réconcilier ces 2 courants : une école unique (organisation), une éducation nouvelle (promotion des méthodes actives en pédagogie) – un plan qui ne sera pas mis en œuvre

de 39’30 à 47’04

1975 – Le collège unique de René Haby : un projet qui vise à intégrer tous les élèves quel que soit leur niveau mais le défi n’est pas relevé et le débat n’est pas encore tranché aujourd’hui.

de 48’09 à 58’14

Emergence de l’individualisme social : La société change et, avec l’individualisme social et la revendication du droit de CHOISIR , même l’école de nos enfants, on voit se développer un consumérisme scolaire.

La défiance envers les institutions et envers l’Ecole s’accroît ; l’Ecole est aujourd’hui au service des aspirations des familles - d’une logique de l’institution (qui promeut des valeurs) à une logique de service (qui donne satisfaction aux usagers)

de 58’14 à 59’50

2. Un paysage actuel complexe qui montre une Education Nationale de plus en plus privatisée

59’50 à 1’1’15’15

2000 – début de « l’évaluationnite » – arrivée des évaluations PISA (lobby de grands industriels de l’OCDE) et mise en concurrence des pays, des écoles et même des enseignants… ?

L’Education nationale est soumise aux méthodes du « Nouveau Management Public » ! (méthodes pour efficacité)

Classements…des restos, hôpitaux, écoles…rémunération au mérite

Montée des pédagogies alternatives…Le débat pédagogique est caricaturé…entre anti-pédagogues et les hyper-pédagogues (dans les écoles alternatives)

de 1’15’15 à 1’24’50

Les travaux des neurosciences sont-ils dangereux ou inutiles ? Les enseignants ne sont-ils que des exécutants… ?

3. Quelques valeurs fondatrices

Propositions autour de 4 principes

- priorité à la pédagogie de la  coopération – l’école a un rôle fondamental contre la montée de l’individualisme social

- Priorité à une école qui permet aux élèves de résister et d’exercer leur liberté de penser (accès à la culture)

-l’école doit viser à rassembler contre tout séparatisme (respect des singularités – mise en place du collectif) – priorité à l’école publique à la mixité sociale

- contre une école injuste, priorité à une école de l’égalité authentique contre l’inégalité instituée– égalité du droit d’accès à l’éducation pour toutes et tous (coût de la scolarité inégal, injuste ! nous creusons les inégalités !)

 4. Conclusion

De 1’24’50 à 1’29’30 - Conclusion

Il est indispensable de penser ENSEMBLE l’avenir de l’Ecole 

Faire ALLIANCE avec les familles , créer une école du BIEN COMMUN, construire un projet SOCIETAL qui associe parents, enseignants et acteurs de l’éducation populaire

La mise en concurrence des établissements signifie un abandon du projet de l’école républicaine

 5. Réactions aux questions écrites de la salle

A partir de 1’29’52’

01:30:45 : Inclusion coopération
01:46:54 : Education à la citoyenneté et de laïcité
01:51:04 : Distinction entre le désir de savoir et le désir d'apprendre
01:55:38 : Evaluations
01:59:56 : Evaluation pédagogique des établissements
02:07:17 : Choix des enseignants par le directeur ? Evaluation des écoles ?
02:12:22 : Les leviers pour actionner pour l'alliance parents-enseignants-éducation populaire
02:17:43 : Distanciel...

meirieu